Quand on est jeune et actif, il est intéressant d’investir dans l’immobilier selon les experts. Certes, cela n’est pas toujours facile au début de la vie active, mais avec prise de connaissance du marché, des enjeux auxquels on peut se confronter, on peut franchir le pas tranquillement. Donc, pour mieux vous élucider, voici quelques explications.

Investir dans l’immobilier avant 30 ans : pour quel type d’investissement ?

Acheter une résidence principale

Investir dans l’immobilier n’est jamais mauvais, à fortiori, lorsqu’il s’agit de se constituer un patrimoine à vie. En France, l’État propose même un prêt à taux zéro (PTZ) afin d’encourager les primo-accédants à faire un achat immobilier. Et ce, sous conditions de ressources financières. Par ailleurs, compte tenu du fait que les jeunes représentent une population à fort potentiel, les banques proposent aussi des taux avantageux pour les attirer.

Donc, pour ce type d’investissement, dont représenterait 94 % des cas en France, il est conseillé aux jeunes d’acheter un appartement en adéquation avec leurs finances et leurs besoins. Et, pour être certain de réaliser le meilleur investissement étant jeune, ne pas hésiter à faire réaliser une expertise de pré-achat afin de prévenir les risques d’échec pour un achat immobilier.

Acheter pour louer

L’investissement locatif représente entre autres 6 % des cas en France. Si les uns optent dans le neuf afin de profiter de la réduction d’impôts, notamment du dispositif Pinel, les autres préfèrent acheter dans l’ancien pour un prix plus stable et un emplacement géographique généralement privilégié. C’est souvent le cas pour investir dans un logement étudiant.

Il faut dire que le fait d’investir dans l’immobilier avant 30 ans permet de faire des mensualités à verser dans le cadre d’un crédit immobilier. Mais, dans ce cas, il faut s’assurer que celui-ci sera bien remboursé avant la fin de la vie active. Non seulement, c’est un moyen d’assurer un revenu pour la retraite, mais aussi une possibilité d’habitation quand viendront les vieux jours. Vous pourrez même en acquérir une plus grande, voire la maison de vos rêves.

Acheter une maison quand on est jeune : quels sont les risques ?

Des frais supplémentaires inévitables

A partir du moment où vous achetez un bien immobilier, notamment pour un investissement locatif, vous devez garder en tête que des charges supplémentaires peuvent s’ajouter durant toute la durée de votre possession du bien.

Il peut s’agir des frais d’entretien, des frais liés aux travaux lourds qui sont apparus, aux travaux de copropriété pour le cas des appartements, etc., sans oublier les risques de loyers impayés, de gel de loyers, etc. En outre, il y a également l’insécurité fiscale qui est susceptible d’engendrer des réformes sur les différentes règlementations.

Un marché instable

Le marché immobilier dépend de l’offre et de la demande. De ce fait, en cas de retournement de ce dernier, le jeune investisseur peut perdre tout son capital. Acheter une maison, notamment pour gagner de l’argent, reste ainsi un investissement risqué à moins de prévoir la baisse du marché dans les 5 prochaines années, et de penser à revendre l’immobilier au moment opportun. Ce qui reste aussi incertain. Donc, tous ces risques peuvent être aussi importants que l’investisseur risque de ne pas rentabiliser son investissement dans l’achat immobilier.